Les patrons de grandes et moyennes entreprises ont déjà largement pris le tournant d’un leadership de responsabilisation. C’est la première fois qu’on en perçoit les prémisses pour un chef d’état français. Décryptage.

Dans les gouvernances d’entreprises comme de pays, la logique top-down a longtemps régné et les problèmes étaient pris en charge par un capitaine de navire élu pour remettre le bateau à flot. Aujourd’hui, les leaders tendent plus vers un management de responsabilisation, où chacun est appelé à agir et à apporter sa contribution. Il semblerait que ce soit le cas du nouveau chef d’Etat qui dans son discours d’investiture à la Présidentielle met en avant 3 principes clefs.

La logique de l’appel

« Tu vas dire que tu ne sais pas tout et tu vas demander de l’aide ». Ce conseil interpelle souvent les dirigeants que j’accompagne. C’est pourtant le meilleur moyen de gagner la confiance et de mobiliser les personnes. Dans son discours, le Président déclare « j’aurai besoin du soutien de chacun », « les citoyens auront droit au chapitre », ou encore «  nous ne pouvons plus nous réfugier derrière des usages et des habitudes ». Cette attitude invite à passer à l’action en encourageant la prise d’initiatives. Pour appuyer cette logique de l’appel, un leader a également intérêt à nommer les défis au lieu de donner des solutions toute faites, ce qui encourage à porter l’attention vers la recherche collective d’idées nouvelles et non l’application de vieilles recettes. L’appel c’est aussi donner un cadre en rappelant les figures imposées : les valeurs. Chez Emmanuel Macron celles de la République sont subtilement réinventées. En évoquant « l’audace de la liberté, l’exigence de l’égalité et la volonté de la fraternité », le Président donne le sentiment qu’il projette le pays dans le futur en préservant son identité profonde, ce qui rassure, condition nécessaire à toute transformation durable.

Le paradoxe de la transformation : « Plus on veut conduire un changement en profondeur plus il faut communiquer sur ce qui ne change pas »

La transformation intérieure avant tout

Pour transformer une organisation ou un état, il est bon de commencer par renforcer et valoriser ce qui va bien, cela créé un climat favorable au changement. Dans la psychologie de l’action nous enseignons l’importance de l’humeur dans le succès d’un dirigeant (voir l’analyse de Delphine Bourdet). Lorsque le Président mentionne « ce que la France avait à dire dans le monde s’est vu affaiblit par un climat intérieur … » il établit un lien direct entre efficacité et humeur. Rien de grand n’est possible quand on baigne dans un climat interne détestable et cela vaut pour l’action d’un homme comme pour le rayonnement d’un pays. Quand le Président exprime que « nous avons les ressources en nous », il adopte la posture moderne des psychologies humanistes (Frankle, Yalom, McGrégor, Lewin etc.) : nous sommes libres de notre réaction face à ce qui nous arrive et notre responsabilité (respons-ability en anglais signifie capacité de répondre). L’humeur d’un leader colore celle de son organisation. Emmanuel Macron évoque sa « détermination à agir ». Il se place comme le gardien de la marche et s’engage à encourager l’initiative de ceux qui « prendront leurs responsabilités ».

Faire le pari de l’ouverture sur la fermeture pour faire face à la complexité

Lorsque qu’un leader sort de la posture «  résolution de problèmes », il n’a plus besoin de réponses simplistes (ouvrir ou fermer les frontières pour relancer l’économie par exemple). Un leader de responsabilisation rassemble au contraire par l’ouverture et l’interdépendance: « nous sommes tous des voisins » déclare le Président. Il s’agit d’expliquer la complexité et les liens, de ne pas prendre les personnes pour des idiots et de faire confiance à leur capacité à comprendre et à intégrer les défis.

Pour créer une dynamique d’appel, rehausser l’humeur d’une organisation, aborder les défis par des solutions complexes, un leader a besoin de détermination et d’humilité. Les bases théoriques sont là. La difficulté reste le passage à la pratique sur le long terme. A suivre.

 

Pour aller plus loin sur les questions du leadership et les projets de transformation : contact@laurentburatti.com